LES DERNIERES NEWS
LES DERNIERS
TUTORIELS
FORUMS
LES DERNIERS TOPICS
RECHERCHE
LES PARTENAIRES
Version imprimable Flux RSS
 › Articles

Qualité de gravure partie 2 : Taux de transfert

Réalisé par Slywall - Publié le 03/03/2006

Introduction

Après avoir parlé des erreurs PI /PO (cf. cet article), nous allons aborder une autre mesure pouvant nous renseigner elle aussi sur la qualité de gravure d'un DVD gravé (ou même d'un DVD pressé), la mesure du « taux de transfert » (Transfer Rate).

Le taux de transfert, par définition, c'est la quantité de données transférées d'un périphérique à l'autre par unité de temps. Nous avons l'habitude de l'exprimer en octet par seconde (o/s - Ko/s - Mo/s - aussi en Go/s mais ne rêvons pas ici). Dans le domaine de la gravure, c'est vrai, nous devons vous l'accorder, nous parlons rarement en ces termes. Nous entendons plutôt parler de vitesse, en fait ce sont les fameux « x » tout pimpant sur les boîtes de nos graveurs (ou disques) : 2x, 4x, 6x, 8x, 12x et 16x. Ces « x » expriment bien une vitesse, celle du transfert des données de l'ordinateur vers le graveur (en cas de gravure) ou du graveur vers l'ordinateur (en cas de lecture). Voici les équivalences de nos « x » familiers avec leurs valeurs réelles :

Vitesse Taux de transfert réel (en Mo / s)
1x 1.38
2x 2.76
4x 5.52
8x 11.04
12x 16.56
16x 22.08

Pour comparaison, le « x » du CD vaut 150 Ko/s, soit un taux de transfert maximum de 7.6 Mo/s à 52x.

Le principe d'une mesure du taux de transfert effectuée sur un disque va donc être de visualiser comment le taux de transfert (la vitesse en x) évolue en fonction du temps sur toute la capacité du disque. (Notez qu'il est tout à fait possible aussi de mesurer le taux de transfert d'une gravure). Cette mesure se présente sous la forme d'une courbe dont la régularité nous renseigne sur la qualité du transfert des données, par extension sur la lisibilité du disque par le lecteur utilisé.

Particularités et avantages de cette mesure (vers un protocole ?)

Si la plupart des tests de qualité (PI /PO, Beta / Jitter...) exige que le graveur supporte ces tests de mesure, la mesure du taux de transfert permet de s'affranchir de ce problème puisque tous les lecteurs peuvent effectuer une telle mesure. La seule exigence : pour être vraiment efficace, la vitesse atteinte par le lecteur DVD doit au moins être de 12x à la fin du disque (pas la peine de préciser qu'avec de telles vitesses, il faut impérativement que le mode DMA soit actif). A des vitesses inférieures, toutes les mesures ont tendance à se ressembler et les problèmes à ne pas être détectés.

Autre petit avantage de cette mesure simple à réaliser, c'est que contrairement aux mesures PI / PO où l'on peut très bien avoir des mesures assez différentes malgré des conditions strictement identiques (même lecteur, même disque), plusieurs mesures successives du taux de transfert réalisée dans les même conditions montrent des résultats tout à fait homogènes.

Ensuite, nous précisons qu'il ne s'agit toujours là que de mesures relatives, en effet une fois encore, comme pour les mesures PI / PO, la sensibilité du périphérique utilisé pour la mesure est évidemment le facteur limitant de toute prétention de la mesure à l'objectivité absolue : le même DVD ne sera pas lu de la même façon par deux lecteurs différents. Aussi l'une des solutions mise en avant pour rendre ce type de mesure relativement fiable et objective et pour juger de la qualité d'une gravure, serait de déterminer un lecteur de référence (le meilleur ?). Ce problème a été soulevé par exemple sur le forum de CDR Labs (anglophone), nous y reviendrons en conclusion.

Nous rêvons tous d'un monde idéal et nous savons aussi que tout le monde ne peut posséder le même lecteur. Donc à moins que tout le monde ne se mette d'accord pour utiliser le même lecteur de référence, la comparaison des mesures des taux de transferts effectuées par des lecteurs différents expriment en général plus leurs différentes qualités à lire un DVD donné qu'elle ne nous renseigne sur la qualité de gravure du DVD.

Cela pourrait faire l'objet d'un débat sur notre forum. Pour harmoniser les diverses contributions de nos membres et pouvoir comme cela jouir d'une base de données homogènes, définir un protocole de test de qualité « Gravure-News ». Lequel protocole déciderait du (des) logiciel(s) à utiliser et ensuite du (des) lecteur(s) / graveur(s) de mesure. La question reste posée même si pour les logiciels le problème ne se pose quasiment pas.

Logiciels utilisés

D'emblée un logiciel s'impose, de part sa gratuité, et surtout par l'usage universel qui en est fait sur les sites spécialisés dans le domaine de la gravure. Un scan d'erreur PI /PO est souvent accompagné d'une courbe de transfert mesurée à l'aide de cet utilitaire qui équipe la suite Nero :

Ensuite, un autre logiciel, moins accessible celui là, puisqu'il ne supporte qu'une seule marque de graveurs et lecteurs, mais nous le retenons ici car Plextor fait référence dans le monde de la gravure et que nous sommes toujours à la recherche d'un protocole de test. Les Plextor peuvent certainement jouer un rôle important ici.

Ce logiciel permet de réaliser tous les tests de qualité. Il est vendu avec les produits Plextor en version boîte. Sinon une licence pour ce logiciel coûte 12 euros. Une version améliorée du logiciel existe : Plextools Professional XL, une licence pour ce dernier vous en coûtera 39 euros. Mais précisons qu'en matière de test, les deux versions sont identiques.

Initiation à la lecture des taux de transfert avec les modes de lecture / gravure

Les taux de transfert sont ici une bonne occasion pour expliquer ce que sont les modes de lecture, ou de gravure, qu'utilisent vos périphériques optiques. Vous avez peut-être déjà remarqué en farfouillant sur le net ou dans certains logiciels que parfois les vitesses spécifiées des graveurs sont annoncées suivies des sigles suivants : CAV / CLV / P-CAV / Z-CLV. En général, l'utilisateur lambda ignore complètement l'existence de ses différents modes, pourtant se sont eux qui gouverne la vitesse réelle de nos périphériques, comprenons le flux du transfert des données entre le graveur et le reste de la machine. Pour savoir ce que signifie chacun de ses modes nous allons observer la mesure du taux de transfert de chacun.

Rappel théorique :

Pour bien saisir ce qui suit vous devez bien comprendre la différence entre vitesse angulaire et vitesse linéaire. La vitesse angulaire c'est la vitesse de rotation du disque, elle s'exprime ici en tours / s ou tours / min, la vitesse linéaire c'est la vitesse en m /s relevée en un point précis de la surface du disque (le point étant ici le point de passage du laser de gravure / lecture à un endroit du disque). Comme vous le savez le laser lit ou grave les données sur le disque donc plutôt que de parler de distance parcourue par le laser sur la surface du disque, on peut tout aussi bien parler de quantité de données (lues ou gravées) sur cette surface. La vitesse linéaire, moyennant une conversion exprime le taux de transfert.

Autre petite chose à bien se représenter, c'est l'impact de la vitesse de rotation sur la vitesse linéaire, sur le taux de transfert. Le laser part du centre du DVD et décrit une spirale, donc à chaque tour de disque effectué, le laser s'éloigne du centre, pour arriver au bord du disque en fin de processus. Ainsi à chaque tour le laser parcourt plus de surface pour faire le tour du disque. (faite le tour d'un disque en vous plaçant près du centre et un autre en vous plaçant au bord, la distance augmente. Selon la vieille formule qui calcule la longueur de la périphérie d'un cercle : P= 2πR . Ainsi, si le disque tourne à une même vitesse de rotation, selon la distance du laser par rapport au centre du disque (R), sa vitesse linéaire augmente, le taux de transfert aussi. Voyons cela :

Le mode CLV : Constant Linear Velocity

Traduction : Vitesse linéaire constante. Cela signifie que le périphérique garde, le même taux de transfert tout au long du processus. Pour garder la même vitesse linéaire en tout point de la spirale, selon ce que l'on vient d'expliquer, le moteur du graveur doit constamment diminuer la vitesse de rotation en fonction inverse de l'éloignement du laser par rapport au centre du disque.

taux de transfert mode CLV

Sur cette capture réalisée sur Nero CD-DVD Speed, nous voyons deux courbes, la verte représente ce qui nous intéresse : le taux de transfert (en x), la jaune représente la vitesse de rotation du moteur du lecteur (cela correspond bien aux comportements que nous avons décrits).

L'avantage de ce mode est de permettre un flux constant des données, ce qui est idéal pour l'audio et la vidéo qui utilise de tels flux. L'inconvénient est que des ressources sont mobilisées pour adapter constamment la vitesse de rotation et que le positionnement de la tête de lecture à tout endroit du disque requiert un travail du moteur : les temps d'accès sont directement touchés.

Le mode CAV : Constant Angular Vélocity

Traduction : Vitesse angulaire constante. C'est le mode de lecture et de gravure le plus répandu. La vitesse de rotation du moteur est constante donc bien logiquement, puisque le laser s'éloigne du centre, plus il s'éloigne, plus il parcourt de surface sur le disque à chaque tour, plus le taux de transfert (la vitesse en x) augmente pour atteindre un maximum à la périphérie du disque.

taux de transfert mode CAV

Nous observons l'augmentation progressive du taux de transfert jusqu'à la fin du disque.

Ce mode a l'avantage d'avoir une rotation du moteur constante. Aucun travail du moteur de rotation n'est nécessaire quelque soit l'endroit sur le disque : les temps d'accès en bénéficient largement ainsi que la consommation du graveur / lecteur.

Le mode P-CAV : Partial-Constant Angular Velocity

Traduction : Vitesse angulaire constante - partielle. Un mode hybride entre le CLV et le CAV. Le mode CAV est utilisé pour atteindre un plafond, une fois ce plafond atteint le mode CLV prend la relève. Le taux de transfert augmente donc régulièrement et une fois qu'il a atteint une valeur déterminée, il reste constant. (le moteur lui, pour sa part, tourne donc à la même vitesse jusqu'à atteindre le taux transfert voulu après quoi il ralenti régulièrement pour garder le taux de transfert constant).

taux de transfert mode P-CAV

Le comportement du taux de transfert est ici donc en CAV jusque 8x et reste ensuite à cette valeur (en CLV).

Le mode Z-CLV : Zoned - Constant Linear Velocity

Traduction : Vitesse constante linéaire par paliers (ou zones) : C'est le mode CLV sauf que le taux de transfert augmente par paliers au fur et à mesure du processus : Le graveur change brusquement sa vitesse en passant successivement par paliers (pendant lesquels le graveur utilise le mode CLV), à des vitesses supérieures pour atteindre une vitesse constante maximale.

taux de transfert mode Z-CLV

Nous observons bien ici ces sauts du taux de transfert par paliers.

Si vous avez tout compris et que ces graphiques signifient maintenant quelque chose pour vous alors vous en savez plus qu'il n'en faut pour interpréter une mesure du taux de transfert. Ce que nous allons voir tout de suite avec quelques cas pratiques.


Page suivante

Copyright © Gravure-News.com - tous droits réservés